Histoire

SOS VIOL est né dans le contexte féministe des années 1970.

A l'époque, des militantes bénévoles dénoncent toute forme de violence faite aux femmes.

Ce mouvement de femmes crée plusieurs services d'écoute et d'aide à toutes les femmes vivant des difficultés.

C'est à l'un de ses services, qu'un jour, une femme vient parler du viol qu'elle a subi. La personne intervenante touchée par ce témoignage poignant prend conscience des conséquences lourdes et spécifiques en lien avec l'acte du viol.

En 1977, SOS VIOL est créé et s'installe dans une grande bâtisse appelée «Maison des femmes» rue Blanche au numéro 29.

En 1980, SOS VIOL se constitue en ASBL, avec comme objectif la création d'un service d'aide aux victimes centré sur cette problématique particulière.

Entre 1980 et 1993, le travail d'aide aux victimes de viol s'est effectué de manière bénévole.

Le premier poste de psychologue à temps plein est subsidié par l'ORBEm et permet à l'ASBL de prendre son envol en professionnalisant l'offre faite aux victimes, le service s'inscrit dès lors dans le secteur associatif bruxellois consacré à l'aide aux personnes et est reconnue dans sa spécificité.

Fin 93, la Commission communautaire française (COCOF) ouvre un autre poste de psychologue à temps plein et la Coordination des Groupes contre les violences faites aux femmes (COVIF) subsidie un troisième poste de psychologue provisoire d'un an (poste repris ensuite par la COCOF) pour assurer des formations et des sensibilisations.

L'équipe est composée alors de trois personnes; les postes COCOF seront reconduits d'année en année,

En 1998, trois nouveaux postes sont octroyés par l'ORBEm et permettent l'engagement d'une juriste à mi-temps, d'une assistante sociale à mi-temps et d'une psychologue à temps plein.  L'équipe s'agrandit et se compose dès lors de 6 travailleurs.

Peu après, l'ASBL déménage et quitte la maison des femmes pour s'ouvrir à un public également masculin.

En 2001, SOS VIOL trouve des locaux rue de Bordeaux au n°62 A à  Saint- Gilles où elle réside encore aujourd'hui.

En 2008, l'ASBL  obtient une belle reconnaissance de la part du monde politique, en effet, elle fait maintenant partie du décret d'aide aux victimes. Ce qui constitue une nouvelle étape très importante dans le parcours du service.