Le viol

Au niveau juridique, le viol est reconnu comme un crime par le législateur belge et relève de la cour d'assises depuis 1989.

A un niveau humain, le viol c'est le déni d'une personne.

Le viol est un acte barbare qui empêche la victime de pouvoir s'exprimer car la gravité du vécu traumatique ressenti par la personne est telle que dans l'acte commis, la personne y a souvent laissé son sentiment d'existence.

Quelles peuvent être les conséquences d'un viol sur un individu ?

L'impact psychologique et traumatique d'un tel acte produit chez la victime un sentiment d'intrusion physique et psychique insoutenable. La frontière de l'enveloppe corporelle ayant été bafouée, transgressée, l'atteinte de l'intimité de la personne est inévitable.

Il ne s'agit pas seulement d'un manquement au respect du corps de l'autre, c'est aussi un envahissement complet de toute sa personne : perte d'identité, des repères, modification de l'image de soi et de celle de l'autre.

La perte de confiance en soi, la difficulté de se repérer comme sujet respecté peut avoir pour la victime des conséquences dans la perception qu'elle a des autres. Une coupure partielle ou totale du lien à l'autre s'avère parfois inévitable.

Le viol, est un acte terrible qui vient arrêter le déroulement de la vie de celui ou celle qui le subit.

Le viol constitue toujours un tournant dans la vie de la victime car pour celui ou celle qui l'a connu, il y aura toujours un « avant » et un « après ».....

Les viols sont commis dans 75% des cas par une personne connue de la victime; 2/3 des viols se passent dans la sphère intra-familiale.

Il va de soi qu'il n'existe pas de guide permettant d'éviter un viol; chaque personne réagira en fonction de sa personnalité et de la situation d'urgence dans laquelle elle se retrouve.

Il existe néanmoins des méthodes de self-défense qui permettent de se préparer à une situation d'agression et qui peuvent être utilisées dans d'autres situations complexes.