Tous concernés

Des études réalisées aux Etats-Unis et au Canada estiment que seul 1 viol sur 5 aboutit au dépôt d'une plainte.

En France, le nombre de viols réels serait 10 fois supérieurs au nombre de plaintes enregistrées.

Parmi les raisons les plus souvent avancées pour expliquer les réticences des victimes à déposer plainte; il y a la crainte des représailles, le sentiment de honte, la crainte de voir sa parole mise en doute, la méconnaissance du processus judiciaire.

Pour toutes ces raisons et d'autres encore, le viol est l'un des crimes les moins rapportés aux autorités.

Pourtant, le phénomène est indiscutable.

En Belgique, chaque jour, 7 viols sont commis!

Nous sommes donc tous concernés par cette problématique.

La majorité des viols se passe avec une personne connue de la victime dans un endroit qu'elle connaît.

Et pourtant, il y a tellement de victimes qui n'osent encore parler...

C'est pour interrompre ce cercle infernal que nous, professionnels de la santé mentale, parlons publiquement de la question des agressions sexuelles afin d'aider toutes les victimes qui ont encore peur à oser faire le pas pour que ce mur du silence qui les entoure se brise enfin !

C'est également pour faire avancer le regard porté par l'ensemble de la société sur ce phénomène qu'un service comme SOS VIOL existe.

Nous tentons par notre travail à réduire les préjugés qui circulent encore avec force, les jugements souvent trop rapides portés sur les victimes et surtout les tabous somme toute encore puissants qui entourent cette problématique.

Le trajet est long mais chaque jour qui passe nous conforte dans notre choix!